Concilier grossesse et travail n’est pas toujours simple, car durant cette période les bouleversements physiques et psychologiques sont nombreux. De nombreuses astuces existent pour se simplifier la vie, et profiter en toute sérénité de ce moment unique.

Aménager un environnement de travail confortable

Le mal de dos est très fréquent chez les femmes enceintes, surtout en fin de grossesse.

C’est pourquoi il est fondamental de veiller à l’ergonomie du poste de travail. Pour celles qui travaillent assises, un petit coussin placé dans le dos peut atténuer les douleurs lombaires. Arrondir son dos, s’étirer régulièrement : ces exercices aident à garder une bonne posture et à lutter contre les douleurs vertébrales.

Pour soulager les jambes lourdes, l’idéal est de les surélever ou de les allonger autant que possible. Tout doit être fait pour faciliter la circulation sanguine et ne pas rester immobile trop longtemps.

En termes d’habillement, c’est le confort qui doit être privilégié : pas de vêtements trop serrés au niveau du ventre. Les chaussures trop hautes ou totalement plates sont également à proscrire, l’idéal étant un talon de 3 ou 4 centimètres.

 

Adapter son alimentation

 Même si le grignotage est une habitude néfaste, les femmes enceintes ont parfois besoin d’apports nutritionnels supplémentaires en dehors des repas. Il est donc judicieux de garder à portée de main un en-cas équilibré (fruit, amandes etc.). Ces en-cas présentent aussi l’avantage de lutter contre certains désagréments liés à la grossesse : nausées ou remontées acides. La diversité alimentaire est très importante, pour le bébé comme pour la mère. Elle permet de leur apporter vitamines et nutriments indispensables pour bien se développer et rester en pleine forme.

Attention cependant à respecter certaines restrictions alimentaires. En effet, les aliments suivants sont interdits durant la grossesse :

  • les légumes crus (pour les femmes non immunisées contre la toxoplasmose) ;
  • les fromages au lait cru, à pâte molle ou fleurie ;
  • la viande crue ou peu cuite ;
  • les crustacés et les mollusques ;
  • l’œuf cru ;
  • et bien entendu l’alcool et la caféine.

 

Utiliser un mode de transport adéquat

Enceinte, les trajets en voiture sont problématiques s’ils sont trop longs ou trop fréquents. En plus de la fatigue générée, ils peuvent être à l’origine de contractions, ou de problèmes de circulation sanguine.

Pour tous les trajets, il est essentiel de bien positionner la ceinture de sécurité, sous le ventre et non dessus.

La voiture ou l’avion impliquent de rester statique, ce qui est néfaste. À l’inverse, le train permet de se déplacer pendant le trajet et ainsi d’activer la circulation sanguine. C’est donc un mode de transport à privilégier pour les longs trajets.

Enfin, faut-il encore le préciser ? Dans tous les transports en commun, les femmes enceintes sont bien entendu prioritaires pour obtenir une place assise.

 

Bien connaître ses droits pour travailler en toute sérénité

Faut-il annoncer sa grossesse ?

D’un point de vue strictement légal, la femme enceinte n’a aucune obligation d’information vis-à-vis de son employeur. Cependant, mieux vaut en faire part à son entourage professionnel, pour plusieurs raisons :

  • En cas de petit malaise, de nausées ou de coup de fatigue, il est toujours rassurant d’être entourée.
  • Avertir son employeur rapidement lui permet de s’organiser en vue du remplacement pendant le congé maternité. Il aura alors tout son temps pour recruter ou bien redistribuer les tâches.
  • Certaines conventions collectives prévoient des avantages pour les femmes enceintes. Leur temps de travail peut être réduit ou aménagé, sans réduction de rémunération.
  • La femme enceinte peut demander un aménagement de son poste de travail pour plus de confort.

En règle générale, de nombreuses femmes attendent de passer le cap des 3 mois avant d’annoncer leur grossesse.

 

Femme enceinte : un statut protégé

La femme enceinte peut s’absenter de son lieu de travail pour se rendre aux examens médicaux obligatoires liés à la grossesse. Cela comprend 7 consultations prénatales et 3 échographies. Ces visites peuvent être planifiées pendant les heures de travail, sans aucune réduction de salaire. Les séances de préparation à l’accouchement et à la parentalité n’en font toutefois pas partie.

La salariée enceinte bénéficie d’une protection particulière contre le licenciement. Cette protection s’étend durant la grossesse, le congé maternité, et les congés payés pris immédiatement après le congé de maternité. Durant tout ce temps, l’employeur ne peut pas rompre le contrat de travail. Les seules exceptions : une faute grave non liée à la grossesse ou l’impossibilité de maintenir le contrat de travail. Dans ce dernier cas, l’impossibilité ne doit pas être liée à la grossesse.

À l’inverse, la femme enceinte est libre de démissionner sans préavis ni indemnité à verser à son employeur.

 

Pour en savoir plus sur 

  • Partager