Selon les statistiques, 2 millions de personnes seraient dépendantes de l’alcool en France, et environ 10% des salariés consommeraient des produits illicites. La consommation de drogue et d’alcool au travail est donc un vrai problème de santé publique. État des lieux de la situation actuelle et des solutions à mettre en place.

 

Les différentes substances addictives

De nombreuses substances, illégales ou non, peuvent entraîner un problème de dépendance. Parmi les produits légaux et réglementés, on pense en premier lieu à l’alcool et au tabac. Les médicaments psychotropes sont eux aussi concernés : antidépresseurs, somnifères, analgésiques, anxiolytiques.

Cannabis, cocaïne, amphétamines, ecstasy, font eux partie des substances illicites, dont l’usage est interdit par la loi.

 

La consommation d’alcool

Les pays européens, et la France en particulier, sont ceux qui consomment le plus d’alcool au monde. L’alcool est parfois présent au sein de l’entreprise : restaurant d’entreprise, pot de départ, repas d’affaire. Sachant que ces événements sont souvent suivis de trajet en voiture, il est indispensable de mener une réflexion à ce sujet.

De nombreuses idées reçues ont cours à propos de l’alcool. La plus tenace concerne la teneur d’alcool contenue dans un verre standard. En effet, un verre équivaut à 10 grammes d’alcool pur, peu importe le type de boisson. Un verre de whisky (2,5 cl) contient autant d’alcool qu’un verre de vin (10 cl), ou qu’une bière (25 cl). Il faut en moyenne 1h30 pour éliminer chacun de ces verres.

 

Drogues : un changement sociétal

Dans le cadre professionnel, le sujet de la consommation de drogue est souvent tabou. Il semble plus délicat à aborder que celui de l’alcool, qui est associé à une dimension culturelle de notre société. Le problème est pourtant bien réel : les addictions sont devenues un problème de sécurité au travail à part entière. Des comportements longtemps considérés comme marginaux se transforment depuis quelques années en phénomène de société. La France, par exemple, est l’un des plus gros consommateurs de cannabis en Europe. Si les comportements changent, les outils de prévention évoluent eux aussi. Pour la première fois, la lutte contre les drogues figure dans le Nouveau Plan Santé au Travail 2016-2020.

 

Les effets sur les utilisateurs

Quelle que soit la substance en cause, certains effets sont récurrents et facilement observables. On remarque des problèmes d’ordre physiologique, comme une diminution de la concentration, une perte d’équilibre, ou un manque de réflexes. La diminution du champ de vision ou des troubles de la mémoire peuvent également survenir. Des problèmes relationnels apparaissent : les personnes ont des réactions imprévisibles, commettent des gestes irresponsables. Une modification du comportement (agressivité soudaine ou au contraire apathie) peut aussi être un signe. D’une manière générale, la prise de drogue entraîne un effet désinhibant et un excès de confiance.

Les conséquences sur le lieu de travail sont multiples. Tout d’abord, le taux d’absentéisme est plus important chez les personnes consommant des substances addictives. Ensuite, ces salariés sont plus souvent impliqués dans des accidents du travail ou des accidents de la route.

 

Les postes les plus touchés

Les risques ne sont pas les mêmes pour tous les salariés. Ils varient en fonction du secteur d’activité et du poste occupé.

Les accidents de travail les plus graves dus à la consommation de drogue ou d’alcool surviennent chez les populations suivantes :

  • Chauffeurs routiers ou conducteurs de transport en commun
  • Manutentionnaires faisant fonctionner des engins de levage
  • Salariés travaillant en hauteur
  • Ouvriers travaillant sur des machines-outils
  • Employés d’entreprises de transport.

Pour tous ces salariés, la consommation de substances psychotropes constitue un facteur aggravant de risque professionnel.

 

Comment mettre en place des outils de prévention efficaces ?

Une politique de prévention est indispensable au sein de l’entreprise, car la répression seule ne suffit pas.

Le médecin du travail est évidemment en première ligne. C’est lui qui va questionner les salariés lors des visites médicales et éventuellement repérer les attitudes à risque. Son rôle est également d’aider l’employeur à mettre en place des démarches de prévention collective et un plan d’actions. Ce plan d’actions peut s’articuler autour de plusieurs thèmes de réflexion. Il aura notamment pour fonction de créer un climat propice à l’écoute au sein de la société. Tous les acteurs de l’entreprise peuvent établir ensemble une charte de prévention. L’implication collective et la mutualisation des connaissances rendront plus facile l’adhésion aux nouvelles règles.

Le but étant d’améliorer la qualité de vie au travail et de protéger la santé de tous les salariés.

 

Le dépistage sur le lieu de travail

Depuis décembre 2016, l’employeur est autorisé à effectuer des tests de dépistage salivaire au sein de la société. Mais ceux-ci ne peuvent en aucun cas être systématiques, ils sont réservés aux postes dits sensibles. Comment fonctionnent ces tests ? La consommation de tout produit illicite laisse une trace dans l’organisme. Ces traces sont détectables dans la salive, le sang, les urines et les cheveux pendant un délai variable. A noter : les tests salivaires permettent de détecter la présence de drogue, mais pas d’identifier la substance.

 

La démarche santé-sécurité d’Axxis Intérim et Recrutement

Filiale du groupe Onet, Axxis Intérim et Recrutement a une forte exigence concernant la santé et la sécurité de ses collaborateurs. A ce titre, des visites de site et des réunions de sécurité se tiennent très régulièrement. Elles ont pour but de s’assurer des bonnes conditions de sécurité sur les lieux de travail, et de détecter d’éventuels problèmes.

Les retours d’expérience intérimaire et retours d’expérience client permettent également d’effectuer un suivi optimal. Ils s’inscrivent dans la démarche de chasse aux risques.

En parallèle, Axxis Intérim et Recrutement aborde les grands thèmes de la sécurité au travail. L’objectif est clair : Zéro accident !

Campagne de sensibilisation santé-sécurité au travail sur le thème de la l’alcool et de la drogue

 

Évaluez votre consommation d’alcool : http://alcool-info-service.fr

MILD&CA (Mission Interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives) : http://www.drogues.gouv.fr

Vous souhaitez arrêter de fumer ? http://www.tabac-info-service.fr