Les métiers de la logistique in-situ : chauffeur routier

Au volant de son camion, le chauffeur routier transporte des marchandises de toute sorte, des denrées périssables aux produits dangereux. Ces trajets peuvent s’effectuer sur une courte distance ou s’étendre sur plusieurs milliers de kilomètres. Le chauffeur routier conduit différents types de camions, dont les plus imposants atteignent une quarantaine de tonnes. Le chauffeur routier est également appelé camionneur, conducteur, chauffeur de poids lourds ou tout simplement routier.

 

Les principales activités du chauffeur routier

 

Avant son départ, le chauffeur routier doit planifier son itinéraire et anticiper ses frais d’essence. Il s’occupe du chargement de son véhicule, arrime les charges, et effectue le bâchage. Lorsqu’il ne s’occupe pas du chargement, il le surveille, car il est responsable des marchandises jusqu’à leur livraison.

Le chauffeur routier gère également l’entretien de suivi de son camion. Ses connaissances en mécanique doivent être suffisantes pour effectuer des vérifications techniques sur son véhicule.

Les fonctions administratives et commerciales occupent une place grandissante. Ainsi, le chauffeur routier est en charge des bordereaux de livraison et des factures. Il gère les documents réglementaires à présenter à la police et à la douane, et tient à jour le carnet de bord. Il émarge les documents et contrôle les marchandises.

Afin de préserver sa sécurité et celle des autres, le chauffeur routier doit respecter de nombreuses règles. Le contexte réglementaire de son activité est très marqué.

Chaque jour, il doit respecter :

  • Les règles du code de la route et de la sécurité routière,
  • Les règles concernant la prévention des risques professionnels,
  • La réglementation en matière d’hygiène et de sécurité,
  • La réglementation du travail et du transport routier, et notamment les temps de travail,
  • Les règles relatives à la protection de l’environnement.

À ces contraintes s’ajoutent les impératifs liés à la qualité de service offerte au client : respect des délais, marchandise conforme… En effet, le chauffeur routier participe à la gestion de la relation client. À ce titre, il contribue à la bonne image de marque de son entreprise.

Le chauffeur routier peut choisir de se spécialiser :

  • Dans des trajets de courtes ou longues distances (trajets internationaux),
  • Dans le transport d’un type de marchandises en particulier (produits frais ou frigorifiques, animaux vivants).

 

Compétences et qualités nécessaires pour exercer le métier de chauffeur routier

 

Savoir-être

Pour exercer, le chauffeur routier devra être en bonne santé. Un minimum d’acuité visuelle est requis : 8/10e (avec correction) pour l’œil le plus fort, et 1/10e pour le plus faible. Une bonne audition et l’absence d’antécédents cardiaques sont également demandés. Le chauffeur routier fera preuve d’une forte capacité de concentration, de bons réflexes, et saura résister au stress.

Sur la route, sa conduite sera le reflet d’un comportement responsable et sécuritaire : la maîtrise de soi est primordiale. La ponctualité et le respect des délais de livraison font également partie des qualités indispensables chez un chauffeur routier.

 

Savoir-faire

  • Règlementation

Le chauffeur routier doit maîtriser la règlementation relative au transport de marchandises, notamment les règles d’hygiène et de sécurité alimentaire. Il connaît et applique au quotidien les gestes et postures de manutention. Au volant, il respecte également les principes de l’éco-conduite.

 

  • Gestion de la marchandise

Il applique les modalités de chargement et de déchargement des marchandises dans le véhicule. Chargement et déchargement pourront s’effectuer manuellement ou à l’aide d’engins de manutention non motorisés (transpalette, diable, etc.). L’utilisation d’engins nécessitant une habilitation peut être nécessaire. Le chauffeur routier utilise les techniques d’arrimage et réalise les opérations d’attelage.

 

  • Itinéraire et navigation

Pour s’orienter, il lit une carte routière ou utilise du matériel de navigation. Il sait établir son itinéraire en fonction des consignes de livraison. Durant sa mission, il utilise le chronotachygraphe permettant d’enregistrer les données relatives à ses déplacements.

 

  • Gestion administrative

Sur le plan administratif, il est garant des documents de bord et de transport. Il doit vérifier qu’ils sont bien présents et conformes. S’il passe une frontière, il est en charge des formalités douanières auprès des services frontaliers.

 

  • Entretien du véhicule

Le véhicule étant son principal outil de travail, le chauffeur routier doit bien le connaître. Il contrôle régulièrement son état de fonctionnement et assure la maintenance de premier niveau. Il dispose donc d’une formation suffisante en mécanique poids lourds. En cas d’incident, il dispose des connaissances suffisantes pour déclencher les mesures d’urgence.

Le chauffeur routier peut être amené à conduire divers types de véhicules :

  • Camion porteur,
  • Camion savoyarde,
  • Camion-citerne,
  • Camion frigorifique,
  • Camion benne ou multi-benne,
  • Camion avec hayon élévateur,
  • Camion porte-containers,
  • Camion avec grue articulée,
  • Remorque porte-voitures,
  • Bétaillère,
  • Véhicule convoi exceptionnel,
  • Véhicule articulé.

Une habilitation est nécessaire pour le transport de produits dangereux, et un certificat pour le transport d’animaux vivants.

 

Quelle formation pour devenir chauffeur routier ?

 

Même si le métier de chauffeur routier est accessible sans diplôme, certaines formations sont particulièrement adaptées :

  • Le BEP conduite et services dans le transport routier,
  • Le CAP conducteur routier marchandises,
  • Le CAP conducteur livreur de marchandises,
  • Le Bac Pro exploitation des transports,
  • Le Titre Professionnel de conducteur routier en transport routier de marchandises sur porteur,
  • Le Titre Professionnel de conducteur routier en transport routier de marchandises tous véhicules.

Pour les chauffeurs travaillant à l’international, la maîtrise d’une langue étrangère sera indispensable.

Bien entendu, le chauffeur routier doit pouvoir justifier d’un permis de catégorie C (poids lourds) et/ou E (remorque) :

  • Permis poids lourds de catégorie C : véhicule de plus de 3,5 tonnes,
  • Permis CE : véhicule de plus de 3,5 tonnes avec remorque de plus de 750 kilos,
  • Permis C1 : véhicule compris entre 3,5 et 7,5 tonnes,
  • Permis C1E : véhicule entre 3,5 et 7,5 tonnes avec remorque de plus de 750 kilos.

Les poids indiqués ci-dessus correspondent au PTAC (poids total autorisé en charge) des véhicules.

En parallèle, le chauffeur routier doit obligatoirement suivre une Formation Initiale Minimum Obligatoire (FIMO). Celle-ci sera complétée tous les 5 ans par une Formation Continue Obligatoire (FCO).

Le transport des marchandises dangereuses est réglementé par l’Accord relatif au transport des marchandises Dangereuses par Route (ADR). Pour pouvoir transporter ces matières, le chauffeur devra produire un certificat de formation ADR. Il en existe de plusieurs sortes, parmi lesquelles :

  • La formation de base matières ou liquides dangereux,
  • La formation Citerne, citerne gaz, citerne étendue,
  • La spécialisation classe 1 (explosibles) ou classe 7 (matières radioactives),
  • La spécialisation GPL ou Spécialisation produits pétroliers.

 

Le salaire d’un chauffeur routier

Un chauffeur routier débutant gagne aux alentours de 1 600€ mensuels brut, primes non comprises. En cumulant années d’ancienneté et primes diverses, ce salaire peut atteindre 3 000€ mensuels brut.

Après plusieurs années d’expérience, le chauffeur routier pourra choisir d’évoluer vers d’autres postes. Il peut ainsi s’orienter vers le domaine du groupage, du magasinage, et devenir agent d’exploitation, ou commissionnaire de transport.

D’autres possibilités existent : formateur, chef d’agence en transport de marchandises, ou responsable d’exploitation. Dans l’intérim, le métier de chauffeur routier est en croissance, il rencontre une fort demande. Les entreprises utilisatrices ont parfois du mal à combler leurs besoins, faute de personnel disponible.

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin